Rechercher
  • Génération 3

Mindvalley (partie 2) : Une raison d'être qui attire, une façon de faire qui inspire

Le bonheur


Qu’est ce qui rend les gens heureux ?

L’interaction et la reconnaissance sociales


L’interaction

Lu Xanne nous explique qu’après avoir parlé à plusieurs experts et consulté de nombreuses études, les leaders de chez Mindvalley ont découvert que le plus important pour atteindre cet état de bonheur chez les collaborateurs réside dans l’interaction et la reconnaissance sociale. Alors comment les mettre en pratique ?

Chez Mindvalley, pas une semaine ne passe sans que soient organisées des moments de rencontre, des fêtes… Ces célébrations simples augmentent de façon significative le bonheur des employés dans leur espace de travail car ces événements les mettent en valeur pour autre chose que pour leur productivité et leur performance et leur procurent des moments relaxants de partage et de détente. L’interaction sociale permet de tisser des liens et de créer des amitiés au sein des équipes. Or, selon des études réalisées par le MIT et l’université de YALE, l’amitié est un des facteurs déterminant dans la productivité des employés. Lorsqu’on possède de véritables amis sur son lieu de travail, la productivité serait boostée de 50%. Et ce n’est pas passé dans l’oreille d’un sourd chez Mindvalley…


Concrètement, à quoi ressemblent ces moments de partage et de célébration ? Toutes les deux semaines sont organisées des Culture days afin de célébrer la diversité au sein de l’entreprise en créant un jour dédié à une nationalité. Les employés se voient attribuer une somme d’argent pour totalement refondre l’environnement de l’entreprise et créer une atmosphère en accord avec la culture de leur pays. Cette façon de promouvoir son pays au travers de journées dédiées permet selon Lu Xanne de se pencher un peu plus sur l’histoire, les comportements, les appétences de chacun au regard de leur culture et de leurs expériences. C’est une façon de découvrir ses collègues, de mieux les comprendre et d’abolir les barrières qui existent naturellement dans un milieu professionnel pour créer des amitiés.


Lu Xann nous parle également d’une équipe de collaborateurs particulièrement festive chez Mindvalley. S.P.L.A.S.H est une équipe qui change perpétuellement de collaborateurs en son sein afin qu’ils restent anonymes et qui organise des petits événements décalés quand ils sentent que l’atmosphère de travail devient pesante. Lu Xanne nous raconte qu’il y a peu, SPLASH avait déposé une boîte à l’entrée des locaux de l’entreprise sur laquelle était marqué « À n’ouvrir qu’à partir de 16h ». Durant toute la journée, les employés ont donc travaillé dans l’attente de se réunir autour de la boîte le moment venu. À 16h, tout le monde s’est rué sur la boîte, l’a ouvert, et y a découvert un ensemble de sous-vêtements aux couleurs de Mindvalley. Ensuite, les employés se sont tous réunis autour du bar pour profiter du moment et tourner la page d’une journée riche en travail et en émotions. Ces petites choses qui paraissent insignifiantes créent chez Mindvalley, une cohésion d’équipe, des liens très forts entre collègues qui conduisent indéniablement à un engagement plus important.


La reconnaissance

Par ailleurs, afin de créer un moment de partage commun à tous, Mindvalley utilise le weekly meeting. Ce moment est pour beaucoup d’employés dans les entreprises un vecteur de stress où ils savent qu’ils seront jugés sur leur performance ou qu’ils vont devoir abattre des montagnes pour atteindre les objectifs fixés pour la semaine. Chez Mindvalley, ces réunions ne sont pas vecteurs de stress, en raison notamment de l’appellation de la réunion en elle-même : le Awesomeness Report ou rapport d’exploits. Tous les mardis vers 17h, la veille de la réunion, le CEO demande à toutes les équipes de lui envoyer leurs accomplissements phares de la semaine passée et ceux dont ils sont fiers. Une équipe est alors choisie pour monter sur la scène de l’auditorium et partager avec le reste des collaborateurs les clés de son succès. Ensuite, pendant 1 minutes 30, les collaborateurs sont invités à leur dire pourquoi ce que l’équipe a réalisé est absolument génial et pourquoi elle doit continuer dans cette voie.

A ces mots, nous nous questionnons : si on ne parle pas de performance globale durant ces meetings, quand est-ce abordé ? Lu Xanne nous explique alors que les objectifs sont fixés au sein des équipes. Tous les mois, le top management propose des axes majeurs de développement et les équipes choisissent entre elles comment elles vont s’organiser pour répondre à ces objectifs. Les meetings ne sont pas instaurés pour évoquer les résultats ou la performance mais pour glorifier les accomplissements de chacun pour les motiver encore plus dans leur tâche. En effet, le fait de partager la réussite des équipes crée une émulation positive : quand certaines ne veulent pas décevoir, d’autre sont boostés et motivés à devenir l’équipe qui montera sur scène la semaine d’après.



Rendre le travail plus fun

La ludification du travail !

Travailler derrière son ordinateur sur la énième étude de marché devient vite lassant. Alors comment faire en sorte d’éviter le bore-out en entreprise, ce manque de stimulation quotidienne ? Lu Xanne nous explique que Mindvalley s’inspire des techniques des game designers. Imaginez-vous face à votre écran de téléphone, vous ouvrez l’application candy crush et tentez de passer le niveau 324 une fois de plus, mais décidément c’est impossible… Pourtant, 2 heures plus tard, vous retenterez votre chance ! Les game designers arrivent ainsi à créer une addiction chez l’utilisateur qui veut sans cesse progresser dans le jeu. Alors comment faire pour que les collaborateurs soient face à leur mission du jour comme un utilisateur face à son niveau 324, prêt à tout pour réussir ?

Pour ce faire, plusieurs techniques :

La plateforme 1up : La reconnaissance est un pilier de la culture managériale de Mindvalley. Les collaborateurs ont même créé la plateforme 1up, dédiée à l’envoi en ligne de badges représentant des super-héros et de petits mots pour témoigner leur reconnaissance auprès de leurs collaborateurs. Par exemple, si l’employé se voit attribuer le badge « Flash », cela voudra dire qu’on le remercie pour sa rapidité d’exécution et son efficacité.

En misant sur la justice distributive, c’est-à-dire le sentiment que ce que l’on reçoit au travail est juste, Mindvalley augmente le sentiment de bien-être de ses employés.

Bell of Awareness et Wall of Awesomeness: Le but dans un jeu est de passer au niveau suivant et ainsi de suite, c’est la même chose chez Mindvalley. Dès qu’un projet ayant requis de nombreuses heures de travail et permettant à l’entreprise de progresser se termine, on peut sonner une cloche à l’entrée des locaux, la Bell of Awesomeness pour témoigner de sa réussite, de sa persévérance et de son gain d’expérience.

Le mur des exploits ou Wall of Aawesomeness rejoint cette idée. Sont affichés sur ce mur tous les exploits réalisés par les collaborateurs : du TedX de Lu Xanne au nouveau-né, il y a de tout !

Le Awesomeness Report et le Leader Board: Comme expliqué précédemment, toute les semaines, une équipe est invitée à témoigner de sa réussite sur la scène de l’auditorium. Mais si les équipes sont récompensées, les collaborateurs peuvent l’être également individuellement : le vendredi sort le Leader Board où trois employés sont nommés pour avoir significativement influencer la réussite de l’entreprise durant la semaine. Il peut s’agir aussi bien de l’intendant ayant réparé une barre dans la salle de gym que d’un designer ayant réalisé une nouvelle image de synthèse.

Des Easter Eggs : Quand le jeu se complique et qu’il devient difficile de franchir les niveaux, les designers de jeux arrivent toujours à ressusciter l’excitation chez les utilisateurs. Chez Mindvalley, c’est S.P.L.A.S.H qui détient ce rôle. Son but est de rendre le travail léger et la collaboration enjouée par des petits cadeaux ou évènements en interne, comme un Starbucks Coffee for everyone improvisé un matin pour toute la société par exemple.

Finalement, Lu Xanne constate que lorsqu’on rend les gens heureux de se lever le matin, quand on détruit les barrières entre travail et jeu, les collaborateurs viennent avec des nouvelles idées et deviennent plus créatifs. Ils s’investissent dans l’amélioration continue de la collaboration, des services proposés par l’entreprise, et même de l’entreprise en elle-même.

8 vues
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
La presse parle de nous
Restons en contact
Plan du site