Rechercher
  • Génération 2

MEC : réunir employés et clients

Mis à jour : 22 mai 2019

Nous avons quitté l’Australie pour entamer une nouvelle partie importante de notre parcours : le continent américain. Notre descente de la Côte Ouest commence par une première étape canadienne : Vancouver. Entre et mer et montagnes, après avoir visité Great Little Box Company, nous nous rendons, au siège de MEC -Moutain Equipment Co-op-, un détaillant et fabricant de vêtements et de matériels de plein air. MEC a été fondée en 1971 par un groupe d’alpinistes passionnés qui voulait faire les choses différemment, ils ont fait le choix d’avoir une structure coopérative. Jim Byers, membre fondateur de MEC a alors affirmé « le modèle économique de la coopérative me semblait aussi viable que celui d’une entreprise privée ». L’entreprise était d’abord tenue par des bénévoles, puis elle a grandi. Aujourd’hui, l’entreprise compte 2 500 employés, son chiffre d’affaire s’élève à 465 millions de dollars et la coopérative regroupe 4,9 millions de membres. L’adhésion à la coopérative coute seulement 5 CAD, le même prix qu’en 1971. Heureusement, car pour acheter les produits MEC vous devrez impérativement être membre de la coopérative, l’occasion de rassembler l’entreprise et les clients au sein d’une même communauté construite autour de la Charte MEC définissant sa mission et ses valeurs directrices.


MEC se veut démocratique. L’entreprise est dirigée par un conseil d’administration composé de 9 personnes, ce conseil est élu par l’ensemble des membres de la coopérative. Ils sont les gardiens de la coopérative, ils sont élus pour un mandat de 3 ans par les membres de la communauté. Tous les ans, 3 administrateurs sont élus. Un conseil choisit 4 à 9 candidats parmi tous les dossiers déposés afin d’être certain qu’ils soient en phase avec les besoins de MEC. Il existe même un bureau de la gouvernance dont les coordonnées sont publiques. Quant à l’équipe de direction, elle est composée de 3 personnes, un responsable communication et marketing, un responsable achats et développement des produits ainsi qu’un chef de la direction, David Labistour, qui nous a reçus dans leur tout nouveau siège HQE.


En plus de ce système de conseil tournant, MEC joue la carte de la transparence, en interne mais aussi en externe. En effet, n’importe qui peut consulter les états financiers et le rapport annuel. Aussi, MEC affiche publiquement la description des tâches du conseil et de ses comités. Les rémunérations des membres du conseil sont aussi publiques, chacun peut donc savoir que le fait d’être Présidente, rapporte à Ellen Pekeles 68 074$ (canadiens). Les états financiers sont quant à eux archivés, il est encore possible de consulter ceux de 2005.


Si l’organisation démocratique et transparente de la coopérative est claire, sa mission n’en est pas moins. En effet, MEC s’est donnée pour mission d’encourager les gens à adopter un mode de vie actif axé sur le plein air. En plus de vendre ses produits, MEC souhaite transmettre sa passion pour les activités d’extérieur. Son nouveau siège a d’ailleurs été conçu pour cela, il est rempli de lumière et offre une vue merveilleuse sur les montagnes. Il est aussi conçu pour inciter l’échange grâce à des espaces modulables à souhait. MEC offre des prêts sans intérêt pour les employés qui souhaitent acheter un vélo ou une embarcation.

La coopérative souhaite prendre soin de ses employés. Pour cela, outre le cadre de travail, MEC a mis en place de nombreuses infrastructures. On compte parmi elle, un garage à vélos (le nombre de vélos présents est juste hallucinant !), une salle d’escalade, des salles de yogas…


Aussi, MEC n’hésite pas à financer des activités en phase avec leur vision. Ils ont pour cela créé Génération Plein Air. Ce projet regroupe des initiatives qui invitent d’autres personnes à participer à des activités en plein air. Ils ont par exemple aider financièrement l’élaboration du « Strong like 2 people» qui visait à rapprocher les jeunes adultes autochtones et non autochtones à l’aide d’échanges interculturels dans la nature. MEC a aussi créé des partenariats, par exemple ils participent au financement d’Avalanche Canada afin de les aider à publier un bulletin de prévention des avalanches.


Enfin, c’est en toute logique que MEC porte une attention particulière à son impact sur l’environnement. Notre interlocuteur est fier de nous annoncer que 87% de leurs tissus sont approuvés par bluesign. De nombreux paramètres mesurent l’impact de MEC sur l’environnement : produits retournés, bilan carbone, usines répondant à leurs attentes ou les surpassant, taux de détournement des déchets, litres d’eau utilisés. Ces indicateurs sont publics et tout le monde peut voir où MEC se situe par rapport à ses objectifs. L’année passée, ils n’ont, par exemple, pas réussi à atteindre leurs objectifs en ce qui concerne la consommation d’eau.


« Notre objectif n’est pas de faire du profit mais, d’avoir du succès dans tout ce que nous entreprenons ». Cette coopérative qui cultive la transparence est fondée sur des valeurs démocratiques. Un bel exemple de coopérative qui semble être équipée pour atteindre des sommets.



4 vues
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
La presse parle de nous
Restons en contact
Plan du site