Rechercher
  • Génération 3

Ian Martin Group (partie 1) : la réussite de l'auto-gouvernance méthodique !

Ian Martin Group est une entreprise familiale canadienne fondée en 1957. Le groupe aide les entreprises de toutes tailles à recruter dans le secteur de la technologie de l’information, l’aérospatial, la télécom ou encore l’automobile… L’entreprise compte aujourd’hui 167 collaborateurs au Canada, les États-Unis et l’Inde et Tim Masson, le petit-fils du fondateur dirige actuellement l’entreprise. Elle a récemment obtenu la certification B-Corp et se lance depuis quelques années dans une restructuration de ses méthodes managériales.

En 2014, Ian Martin Group a par ailleurs racheté la startup Fitzii. Fondée en 2011, Fitzii a créé une plateforme de recrutement pour aider les petites et moyennes entreprises. Ils sont aujourd’hui 15 à révolutionner les méthodes de recrutement, mais aussi de management. Depuis 2015, ils ont adopté le self-management et ont expérimenté de nombreuses façons innovantes de collaborer.


Lors de notre passage à Toronto, nous avons rencontré Brent Lowe, coach pour les dirigeants fondateurs d’entreprise qui veulent changer leurs méthodes de management et de leadership. Nous l’avons questionné sur les entreprises pionnières et exemplaires au Canada qui repensent le management. Fitzii et Ian Martin Group ont été les premières citées et c’est grâce à Brent que nous avons pu rencontrer John qui travaille actuellement en tant que chef des opérations pour Ian Martin Group. Nous avons échangé autour d’un sandwich sur les pratiques de Fitzii et la transformation du Ian Martin Group. Le froid de l’hiver canadien n’ont pas entamé notre enthousiasme lorsque nous avons quitté John ensuite. Ce fut un entretien passionnant et une histoire inspirante que nous sommes heureux de partager avec vous !



Ce qui nous interpelle


S’inspirer et évoluer

Fitzii : un laboratoire organisationnel

La structure managériale du Ian Martin Group a longtemps été hiérarchique. Lorsque Tim Masson, le petit-fils du fondateur, a repris l’entreprise, il avait la volonté d’en changer. L’entreprise a d’abord changé ses méthodes managériales, s’est investie dans une démarche respectueuse de ses parties prenantes et a obtenu la certification B-Corp très rapidement. Cependant, c’est le rachat de la startup Fitzii en 2014 qui a réellement concrétisé les envies de changement de Tim et de ses collaborateurs du Ian Martin Group.


Fitzii compte 15 collaborateurs que l’on pourrait presque qualifier de chercheurs ayant testé, approuvé, rejeté de nombreuses méthodes managériales allant du recrutement au feedback en passant par la communication interne… La startup est devenue un laboratoire organisationnel pour le groupe. Elle a beaucoup évolué et le 14 février 2015, les collaborateurs ont opté pour le self-management. Ils ont aboli la hiérarchie et supprimé le rôle de manager. Ce changement est un tournant majeur de l’histoire de Fitzii, mais également du Ian Martin Group. Les collaborateurs de Fitzii ont fait en sorte de relayer un maximum d’informations sur leur nouvelle façon de collaborer grâce à leur blog et aux articles dans lesquels on retrouve de nombreux témoignages. Il n’y a pas de non-dits et tout est analysé afin de permettre une amélioration continue de leur collaboration.


En 2016, Fitzii publiait « les confessions d’une entreprise sans manager ». Parmi elles, l’une des plus importantes est l’augmentation considérable de la qualité de leur décision, ou encore l’intégrité et la responsabilisation qui permettent à chacun de se sentir mieux et d’être bien plus engagé et performant.

Aujourd’hui la startup est florissante et est devenue une entreprise opale.

Mettre le pied à l’étrier

La sucess story de Fitzii a fait naître une volonté de changement chez les collaborateurs de Ian Martin Group qui ont rapidement adhérés à la volonté de Tim de changer la structure et les méthodes managériales du groupe. John nous explique que les différentes pratiques de feedback, de recrutement ou encore de prise de décision testées et approuvées par les collaborateurs de Fitzii sont d’ores et déjà utilisées par les collaborateurs du Ian Martin Group. En janvier 2019, ils feront le grand saut et collaborons entièrement en self-management ! Ce sera alors l’abolition de la hiérarchie, des décisions venues d’en haut et des doigts pointés sur des individus en particulier. Ian Martin Group s’est en parallèle donné comme objectif d’inspirer et d’inciter le plus d’entreprises possibles à faire de même !

Différentes initiatives ont vu le jour pour permettre à l’entreprise de vivre cette évolution en douceur :

- La création d’un playbook clair et concis qui met en lumière par des schémas simples la mission de l’entreprise, ce qui guide ses actions, la méthode de prise de décision, les pratiques utilisées pour collaborer et enfin les objectifs du Ian Martin Group pour l’année choisis par tous une fois par an. Ce petit livre de 4 pages est donné à tous les collaborateurs pour les accompagner dans leur quotidien.

- Le Teal lab, une équipe de 8 personnes, est le garant du maintien des pratiques opales et aide les collaborateurs dans leur quotidien. Elles réfléchissent également au futur de l’entreprise et à son amélioration continue via notamment le test and learn. Cette équipe est composée de collaborateurs de Fitzii et Ian Martin Group mais l’équipe change régulièrement.

- Tous les mois, des formations sont organisées par le Teal lab. Ces formations ont pour thème un des 6 piliers sur lesquels se fonde Ian Martin Group pour assurer une parfaite collaboration entre ses employés.


L’adaptation est donc réussie car accompagnée de nombreuses initiatives qui ont porté leurs fruits au sein de l’entreprise. Non seulement les collaborateurs ont eu l’ensemble des informations nécessaires pour comprendre le changement opéré, mais ils ont également pu se former aux nouvelles pratiques utilisées avec l’aide du Teal lab.


S’appuyer sur une mission et un état d’esprit porteurs de sens

La mission du Ian Martin Group est de connecter les personnes autour d’un travail qui a du sens. Elle est centrale dans l’évolution passée et future de l’entreprise car elle permet à l’ensemble des collaborateurs de trouver un sens à leur collaboration et de comprendre quelles sont les priorités et la perspective de l’entreprise.

Cette mission est évoquée de façon schématique dans le playbook que nous a présenté John et qui a pour but de guider les collaborateurs dans leurs actions pour rester toujours en phase avec la mission de l’entreprise. On y retrouve une définition de ce qu’est un travail qui a du sens selon 3 axes :

- L’ordre de priorités qui met en exergue l’intérêt de l’entreprise et de ses collaborateurs en première position puis les clients et enfin le reste du monde ;

- La perspective de l’entreprise qui valorise la vocation en comparaison au salaire et à la carrière ;

- Enfin, la façon dont le travail est perçu, tel un jeu qui mêle ce qui est bon pour l’entreprise, ce qu’on aime faire et ce que je sais faire.


Ces 3 fondamentaux sont au fondement de l’alignement des valeurs avec les comportements au sein du Ian Martin Group et de la réalisation de sa mission.

John nous explique également quel état d’esprit l’entreprise pose sur la collaboration de ses employés, les résultats et les ressources propres à l’entreprise. Une fois de plus, c’est un schéma présent dans le playbook qui nous éclaire et qui se fonde sur les deux valeurs de l’entreprise : la liberté et la responsabilité ainsi que 3 concepts phares :

- Wholeness at work : La façon dont les collaborateurs travaillent se fondent sur la reconnaissance et les responsabilités données à chacun. Ian Martin Group souhaite que chacun puisse être soi-même au travail, se sentir en phase et devenir pleinement lui-même. Pour ce faire, les collaborateurs utilisent 3 outils pour apprendre à mieux se connaître et connaître ses collègues :

- L’ennéagramme qui permet de se définir selon un type de personnalité précis ;

- Les langages de l’amour de Gary Chapman a également permis à certains collaborateurs de découvrir qu’elle est leur façon de communiquer leur amour et ont ainsi pu s’épanouir davantage. Pour une personne qui choisi le contact physique, taper dans la main de son collègue à la fin d’un projet vaudra de l’or, bien plus qu’un feedback délivré en temps et en heure ;

- The personality and psychometric testing créé par Fitzii et que les collaborateurs utilisent pour recruter de nouvelles personnes. Le principe est simple : l’identification et la compréhension de nos différences propres et de celles des autres jettent les bases d’un conflit sain et d’une division productive du travail. Les tests psychométriques qui s’attachent à l'affirmation de soi et au rythme de travail, permettent de prédire le rendement dans une grande variété de tâches et de situations.


Ce premier concept est au fondement de la collaboration au sein du Ian Martin Group et propre à une entreprise opale.

- Stewardship : Gérer les ressources est une préoccupation constante des collaborateurs du Ian Martin Group. L’entreprise porte un état d’esprit fort que synthétise le stewardship. Il s’agit de s’occuper de n’importe quel problème ou d’une affaire d’un de ses collègues comme s’il s’agissait du sien ou de la sienne. Cet état d’esprit ne pèse pas sur les employés car, comme le souligne John, leur travail a du sens et la responsabilisation et la reconnaissance données à chacun développent un sentiment d’appartenance fort et des prises d’initiatives bénéfiques pour les équipes et l’entreprise. Chez Ian Martin Group, Tim Masson n’est d’ailleurs pas un PDG mais un Chief Steward !

- Ever better : Enfin, John nous éclaire sur la manière dont l’entreprise assure les résultats.


Elle se fonde bien-sûr sur son équipe, mais surtout sur sa faculté à innover et sa cohérence assurée au quotidien dans la relation avec le client et les valeurs mais aussi la mission de l’entreprise.

Les 6 pratiques phares du Ian Martin Group sont à retrouvés dans un second article.

15 vues
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
La presse parle de nous
Restons en contact
Plan du site