Rechercher
  • Génération 3

Futurice : l'art de se réinventer

Futurice est une entreprise finlandaise qui, depuis maintenant 18 ans, est spécialisée dans le conseil digital et managérial. Ils aident les entreprises à se doter des outils et méthodes pour devenir agile. L’entreprise est composée de 400 personnes dans 5 pays différents, la branche Finlandaise comptant 150 personnes. Parmi ses clients on peut recenser des entreprises comme Supercell, Nokia ou encore Allianz.


C’est par recommandation que nous sommes tombés sur Futurice, classée Best Place to Work en Europe en 2012 et 2013. Nous sommes accueillis dans le FutuCafé, un espace très convivial et très ouvert, le cœur des locaux. Nous sommes même incités à prendre une glace étant donné la chaleur accablante : 25 degrés, du jamais vu à Helsinki !

Nous traversons les locaux, et comme durant nos anciens rendez-vous, nous découvrons des espaces de travail chaleureux. Au cours de la visite, une petite étagère posée en plein milieu de la pièce retient notre attention : de nombreux petites figurines, bonbons et goodies sont disposés au hasard sur cette étagère. Pirja prend alors plaisir à nous expliquer la signification et le but de cette petite installation. Ces objets sont donnés par un des collaborateurs de l’entreprise à un de ses collègues pour lui témoigner sa reconnaissance envers le travail qu’il a fourni. Nous y reviendrons mais nous nous rendons compte avant même de commencer que Futurice a des choses incroyables à nous apprendre. Nous sentons dans les locaux, sur les visages des personnes, une propension à l’innovation et au bien-être (et pas juste grâce à la playstation disposée en plein milieu des locaux).


En termes d’innovation managériale, Futurice est une entreprise remarquable sur plusieurs points : la confiance et la transparence sont poussées à l’extrême, ils ont une structure agile fondée sur l’apprentissage continu et la liberté d’entreprendre à l’extérieur de l’entreprise et un recrutement qui se fait non pas en fonction des besoins, mais des talents.


Ce qui nous interpelle


La confiance et la transparence

Deux valeurs sacrées qui déterminent l’environnement de travail

Pirja nous explique tout d’abord l’importance des valeurs chez Futurice. Elle commence par nous évoquer la définition de la culture d’entreprise, qui est fortement reliée à la notion de valeur : Values, beliefs practiced in an organization when no one is watching.

Pirja nous explique également que la transparence et la confiance vont de pair. Pour elle, une équipe où la confiance règne est une équipe qui réussit et qui tend à devenir automatiquement transparente.

Tous les collaborateurs, dès leur premier jour, se voient accordés une carte bancaire professionnelle de l’entreprise avec laquelle ils peuvent payer sans n’avoir jamais aucun compte à rendre. Toutefois, toutes les dépenses sont rendues disponibles et consultables par tout le monde.

Une autre particularité réside dans le fait que tout le monde possède les codes pour publier sur les réseaux sociaux de l’entreprise : Twitter, Facebook et Linkedin, tout le monde peut partager, sans contrôle, les énoncés qu’ils jugent pertinents.

L’équilibre de la société repose également sur un autre pilier : leur organisation. Les consultants sont libres de choisir leurs clients, leurs horaires, leurs vacances… Il n’y a pas de contrainte sur leur travail tant qu’ils respectent les valeurs et atteignent leurs objectifs.

Dans ce cadre, un partage d’expérience et de l’aide sont proposée aux collaborateurs via les Men in Black, qui sont chargés d’assurer le bon déroulement des missions, notamment grâce à leur expérience dans l’entreprise.

Nous sommes étonnés de voir que le salaire de chaque consultant est fixe et qu’il ne varie pas en fonction du travail et des missions effectuées. En effet, nous pensions qu’une telle organisation marcherait d’autant mieux si les salaires des consultants étaient déterminés en fonction de la performance et de la charge de travail de chacun.

Pourtant, la rémunération de la société se fait sur la base des compétences de chacun et du temps passé par chaque employé sur un projet : si l’on écoute Pirja, tout porte à croire que les employés sont rémunérés en fonction de leur performance.

Or ce n’est pas le cas. Le mode de rémunération n’oscille pas du tout selon les missions et selon le temps passés sur des missions mais du fait de sa totale transparence, ce mode de fonctionnement fait la force de Futurice : tous les salariés savent où en sont leurs collaborateurs dans leurs missions, combien ils ont rapporté à l’entreprise… Ce système permet en effet à chacun de se fixer des objectifs et d’être plus ambitieux dans sa charge de travail sans créer de tensions en interne.

À la fin de ces explications, nous sommes réellement intrigués par cette structure. Comment peut-on assurer la conservation des talents à l’intérieur de l’entreprise, quand d’autres rémunèrent en se fiant à la performance et à la productivité, ce qui permet de gagner plus pour les consultants performants ?



Créer une structure libre et agile

L’apprentissage et la liberté d’entreprendre comme moteurs !

Futurice, afin d’attirer les meilleurs talents se doit d’innover et de valoriser ses atouts. C’est pourquoi ils ont créé le Chilicorn Fund, un fonds totalement sponsorisé par Futurice qui permet à chacun d’apprendre ou d’entreprendre. Ce fonds a été créé pour laisser libre recours à la créativité des collaborateurs mais aussi et surtout pour être bénéfique à la société.

Pirja nous raconte qu’il y a peu de temps, un des collaborateurs a vu qu’une conférence circulait sur internet où les intervenants expliquaient comment l’intelligence artificielle allait, en lien avec l’innovation managériale, ramener la paix dans les locaux d’entreprise et faire émerger un tout nouveau mode de fonctionnement.

Le collaborateur a proposé que tous se rendent à cette conférence, idée qui a été validée. Le Chilicorn Fund a donc financé en intégralité cette initiative.

Chez Futurice, l’accent est également mis sur le test and learn. On incite à entreprendre pour apprendre. C’est ce que nous avons réellement adoré dans cette entreprise. La liberté est telle que les employés sont incités à intraprendre comme entreprendre afin de se développer personnellement et professionnellement en accord avec leurs aspirations et ambitions.

Ainsi, le fonds permet aussi de sponsoriser des projets qui voient le jour en dehors de l’entreprise. En ce moment, Futurice finance un nouveau prototype de robot destiné à nettoyer les cours d’eau : une belle façon de stimuler la créativité des employés, de leur permettre de réaliser leur rêve et de faire valoir leur savoir-faire dans des domaines qui sont bénéfiques à la société mais aussi à Futurice.

Enfin, pour les moins téméraires mais pas qu’eux, Futurice propose de s’engager en tant qu’actionnaire de la société grâce au Share Program. En effet, chaque collaborateur peut prendre part au capital de la société dès qu’il le souhaite.



En plus

Un recrutement spécial pour recruter les meilleurs talents

Contrairement à de nombreuses entreprises, Futurice n’organise pas son recrutement autour du besoin mais autour de l’attraction des talents. Les Futuricers sont en perpétuelle recherche de nouveaux collaborateurs pour développer leurs expertises et compétences. C’est donc la raison pour laquelle Futurice embauche 50 à 100 nouveaux employés par année, car comme nous l’explique Pirja « Les talents il faut les faire mûrir chez soi, sinon ils murissent ailleurs et deviennent inaccessibles. »


Le processus de décision

Pirja nous raconte également que Futurice possède un fonctionnement spécial concernant le processus de prise de décision. Ils fonctionnent selon le modèle 3*2 qui consiste à prendre en compte les attentes des collaborateurs, des clients et des actionnaires afin de répondre aux besoins de chacun dans le présent mais également dans le futur.


Notre ressenti

Nous avons passé un moment très sympathique en compagnie de Pirja et repartons avec l’esprit rempli de pratiques innovantes en tête. Toutefois, plusieurs interrogations raisonnent dans nos têtes. Chaque collaborateur est libre, mais est sous la responsabilité d’un autre collègue qui se porte garant, tout de moins hiérarchiquement, du travail effectué. Les retombées ne seront donc pas les mêmes que si les collaborateurs étaient voués à eux-mêmes.

19 vues
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
La presse parle de nous
Restons en contact
Plan du site